Monument aux Morts de Villiers-le-Roux

Les monuments aux morts : histoire, statistiques cantonales :
http://villefagnan.wifeo.com/monuments-aux-morts.php

Morts pour la France
La mention « Mort pour la France » fut créée par la loi du 2 juillet 1915 modifiée par la loi du 28 février 1922. La loi du 29 décembre 1915 donne droit à la sépulture perpétuelle aux frais de l'Etat aux militaires «Morts pour la France» pendant la guerre.
L'attribution de la mention « Mort pour la France » est une opération relative à l'état civil, qui fait l'objet des articles L488 à L492 bis du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre.
Les membres des forces armées françaises tués au combat, morts des suites de maladies contractées ou d'accidents survenus en service commandé ont droit à cette distinction, de même que les prisonniers de guerre décédés dans les mêmes circonstances.
 
Le monument aux morts ne sera érigé qu'en 1947 ou 1948, il porte une Croix de Lorraine. Aucune mention ne figure sur le registre de délibérations de la mairie.
Une tentative eut lieu en 1920...

Villiers-le-Roux  : "Le dimanche 24 octobre 1920, une séance théâtrale a été donnée par l’Union Sportive et les poilus de Villiers-le-Roux en vue de l’érection d’un monuments aux morts de la guerreCette fête a eu lieu dans un local discrètement décoré, spectateurs et spectatrices ont chaleureusement applaudi les jeunes artistes. Le piano a été tenu de façon magistrale par Mlle X qui avait bien voulu donner son concours à cette petite fête."
Un témoin. Le journal de Ruffec du dimanche 31 octobre 1920
.
Mais le monument aux morts ne se fit pas...


Plaque apposée dans l'église.


Plaque apposée sur le Monument aux Morts.

Chaque année, la commune de Villiers-le-Roux perpétue, devant le monument aux morts, des cérémonies pour renouveler le souvenir de ses anciens combattants et de ses deux enfants déportés :

 
La population vient nombreuse accompagner les drapeaux des associations d'anciens combattants, des prisonniers et déportés. Histoire de ces déportés en bas de page ou en cliquant sur ce lien.

 
Ils sont morts pour la France
1870 - 1871
  • Le 16 août 1870, Jean Hector DROUHAUD, soldat au 97e de ligne, disparu à Rezonville.
1914 - 1918
  • Le 28 août 1914, Henri Marcelin Louis BOUDAULT, 27 ans, né le 18 avril 1887 à Château-Larcher (Viennne), soldat au 307e Régiment d'Infanterie, tué à l'ennemi à Moislains (Somme) - jugement du 2 mars 1921 à Ruffec transcrit le 10 mars 1921 à Villefagnan. (Pas inscrit dans le livre d'or, à Château-Larcher ?).
  • Le 23 décembre 1914, Alexandre BONNAUD, 23 ans, né le 22 janvier 1891 à Avoine en Indre-et-Loire, instituteur, fils d'Alexandre Bonnaud (instituteur en retraite à Villiers-le-Roux où il est né le 28/2/1865 et décédé le 6 mars 1919 - ancien directeur d'école à La Haye-Descartes (37)) et de Hélène Billaudeau - Alexandre BONNAUD fils est aussi le neveu de Charles Bonnaud, instituteur à Reignac (37) -, matricule 4.167 classe 1911, n° 1374 au recrutement à Le Blanc (36), Sergent-Major au 135e Régiment d'Infanterie, mort à Vlamertinghe (Belgique) des suites de ses blessures de guerre reçues dans les tranchées de Zillebeke - retranscrit à La Haye-Descartes (37) le 29 mars 1916 mais les registres de cette commune n'en possèdent aucune trace - retour du corps le 3 juillet 1922 en gare de Ruffec. (Pas inscrit dans le livre d'or, normal car résidant en Indre-et-Loire).
  • Le 29 juin 1915, Auguste Louis Alphonse BOURON, 29 ans, né le 17 octobre 1886 à Venansault (Vendée), fils de Charles Aimé Bouron et Adèle Sampine, soldat au 125e Régiment d'Infanterie, tué à l'ennemi à Neuville-Saint-Vast (Pas-de-Calais) - transcrit à Villiers-le-Roux le 15 septembre 1915 - inhumé au cimetière militaire "Ecoivre Military Cimetery" (Pas-de-Calais) en tombe individuelle rangée 16, n° 595. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 25 novembre 1914, Samuel FAYS, 33 ans, né à Villiers-le-Roux le 27 mai 1881, fils de Thomas Fays, et Jeanne Couturier, époux de Marie-Louise Gagnadoux, cultivateur, soldat au 107e Régiment d'Infanterie, mort pour la France le 25 novembre 1914 à Jonchery (Marne) - jugement du 24 juin 1920 à Ruffec, transcrit le 17 juillet 1920 à Villiers-le-Roux. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 14 avril 1917, Corenthin  FAYS, 20 ans, né le 17 septembre 1897 à Villiers-le-Roux, fils de Henri Fays et Clémence Roland, n° 1597 au recrutement d'Angoulême, soldat à la 6e compagnie du 121 Régiment d'Infanterie, mort d'une plaie à l'abdomen par éclat d'obus à l'ambulance 6/19 à Cugny (Aisne) - retour du corps en gare de Ruffec le mercredi 16 novembre 1921 - transcrit à Villiers-le-roux le 3 juillet 1917. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 28 février 1916, Octave GAVALLET, 25 ans, né le 20 juillet 1891 à La Chèvrerie, fils de Jean Gavallet et Marie Meunier, matricule 1800, soldat trompette au 21e Régiment de chasseurs, tué à l'ennemi à Roclincourt (Pas-de-Calais) - transcrit à Villiers-le-Roux le 1er mai 1916. Inhumé à Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais), nécropole nationale "Notre-Dame-de-Lorette", tombe individuelle n°12658, carré n°63, rang n°4. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 11 avril 1915, Charles Fernand GIRE, 21 ans, né le 15 juillet 1894 à Villiers-le-Roux, fils de Charles Gire et Marie-Léopoldine Gachard, soldat au 44e Régiment d'Infanterie, mort de maladie au camp de Niederzivehren (Viderzurhrm) en Allemagne - transcrit le 19 mars 1916 à Villiers-le-Roux. Inhumé à Sarrebourg (Moselle) à la Nécropole nationale "prisonniers de guerre 1914-1918" tombe individuelle n°380. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 28 octobre 1914, Pierre Auguste LAFOND, 16 ans, né le 16 octobre 1888 à Villiers-le-Roux, fils de Cyprien Lafond et de Julie Texier, époux de Clémence Pannetier, employé de chemins de fer à Saintes (17), soldat au 125e Régiment d'Infanterie, mort des suites de ses blessures de guerre à Ypres (Belgique) - transcrit le 23 août 1916 à Saintes (17). (Inscrit dans le livre d'or de Saintes ?).
  • Le 19 juillet 1918, Marcellin LACOUTURE, 29 ans, né le 18 octobre 1889 à Villiers-le-Roux, fils de Célestin Lacouture et Marie Zelda Marchand, Sergent au 35e Régiment d'Infanterie, tué à l'ennemi au Bois de Sourton (Marne) - transcrit le 5 décembre 1918 à Villiers-le-Roux. Inhumé à la nécropole nationale "Prieuré de Binson" à Catillon-sur-Marne (Marne) en tombe individuelle n° 329. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 28 juin 1918, Maximin MACHET, 21 ans, né le 12 février 1897 à Villiers-le-Roux, soldat au 418e Régiment d'Infanterie, tué à l'ennemi à Saint-Pierre-Aigle (Aisne) - jugement du 18 janvier 1922 à Ruffec ; transcrit le 30 janvier 1922 à Villiers-le-Roux. (Oublié dans le livre d'Or).
  • Le 15 avril 1917, Henri MOLLIER, 36 ans, né le 22 mars 1881 à Villiers-le-Roux, fils de Auguste Mollier et Marie Landré,  n° 68 au recrutement d'Angoulême, soldat à la 2e compagnie du 23e Régiment d'Infanterie Coloniale, mort des suites de blessures de guerre à l'ambulance 237 E-N-E à Soissons (Aisne) - transcrit le 3 juillet 1917 à Villiers-le-Roux. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 16 février 1916, François PELOURDE, 32 ans, né le 7 juillet 1884 à Sonneville, canton de Rouillac, fils de Jean Pelourde (instituteur en retraite) et de Rosalie Talbot demeurant à Villiers-le-Roux, préparateur au Muséum, docteur en sciences, lauréat de l'Institut, demeurait à Paris 27 rue Linné, décédé au domicile de ses parents.
  • Le 2 mai 1916, Alphonse PELLEVOIZIN, 42 ans, né le 6 décembre 1874 à Gournay (79), fils de Jean Pellevoin et Marie Pouilloux (Gournay), époux de Léonie Gilbert, soldat au 268e Régiment d'Infanterie, 17e compagnie, mort de ses blessures de guerre à Solvange (Meuse) - transcrit à Villiers-le-Roux le 4 mars 1917. Inhumé à la nécropole nationale "Les Islettes", commune Les Islettes (Meuse) en tombe individuelle n° 458. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 31 août 1914, Eugène RAFFOUX, 29 ans, né le 2 décembre 1885 à Villiers-le-Roux, fils de Pierre Raffoux et Marie Lambert, époux de Alexandrine Berthe Auvin, cultivateur, soldat au 107e Régiment d'Infanterie, tué à l'ennemi à Montgond (Ardennes) - jugement du 24 juin 1920 à Ruffec ; transcrit le 17 juillet 1920 à Villiers-le-Roux. Inscrit dans le livre d'or.
  • Le 15 novembre 1918, Henri Aimé Albin THOMAS, 33 ans, né le 31 août 1885 à Embourie, fils de Henri Thomas et Marie Sautrot, époux de Emma Brunet, classe 1905 n°45 au recrutement à Angoulême, Sergent au 307e Régiment d'Infanterie, 22e compagnie, mort à l'hôpital temporaire n°15 annexe du Sacré-Cœur à Poitiers des suites de ses blessures de guerre - transcrit à Villiers-le-Roux son domicile le 31 décembre 1918. Inscrit dans le livre d'or.
1939 - 1945
 

Le texte ci-dessus a été rédigé par le curé de Villiers-le-Roux en 1940.
  • le 2 février 1940, Sergent Jean Henri André POURAGEAUD, né le 16 juin 1916 à Airvault (79), célibataire, fils de Eugène Célestin Pourageaud et Augustine Gagnadoux, Sergent au 127e Régiment d'Infanterie 693, immatriculé au n0 648 au recrutement d'Angoulême, Mort pour la France, décédé sur le champ de bataille à Tettuchen (Moselle), route de Berviller Marton, tournant cote 254.2  -  transcrit à Villiers-le-Roux le 22 avril 1940.
  • le 31 mai 1940, Caporal Arthur FAYS, né le 9 janvier 1919 à Villiers-le-Roux de Célina Fays, soldat au 7e RD porté, Mort pour la France tué par balle à Cempuis (Oise).
  • le 15 décembre 1944, Sergent FFI Raymond MACHET, 22 ans, né le 28 décembre 1922 à Villiers-le-Roux, sergent au Maquis FOCH, 123e RI, tombé  au Gué-d'Alleré (17) - combat de la poche de La Rochelle.
  • le 7 août 1944, Marcel CARDIN, né le 2 décembre 1913 à Villegats (16), fils de Aimé Cardin et Marie Pommier, époux de Marcelle Bard, Quartier-maître de 1ère classe,  canonnier, décédé à Bassens (33) - acte de décès transcrit à Villiers-le-Roux le 9 septembre 1944.
  • le 2 octobre 1943, Aristide Jean GENTIL, né le 30 avril 1910 à La Chèvrerie, fils de François Gentil et Françoise Massiot, époux de Thérèse Emilienne Michaud, ouvrier agricole, résidait à Poussabé, fusillé au Mont Valérien à Paris après incarcération à Romainville - transcrit à Villiers-le-Roux le 24 mars 1944 (Gustave Normand, Pierre Dupont, Aristide Gentil sont également exécutés le 2 octobre 1943, voir texte consacré à Pierre Dupont à Saint-Martin du Clocher).
  • le 1er avril 1943, Berthe Célina SABOURAULT, née Fays le 8 juin 1904 à Villiers-le-Roux (Charente), déportée au camp d'Auschwitz (Pologne) par le convoi du 24 janvier 1943, morte au camp d'Auschwitz (Pologne), matricule F 31683. J.O n° 22 du 27/01/1998 page 1259.
  • le 2 août 1944, Raoul Léandre SABOURAULT,  né le 24 novembre 1900 à Bernac (Charente), mort au camp de Güsen, commando de Mauthausen (Autriche) - J.O n° 22 du 27/01/1998 page 1259.
Romainville, l'histoire oubliée d'un camp allemand en France 
« Sabourault Raoul, 13 novembre 1942 »,  une inscription sur un mur, un nom retrouvé, une histoire qui se dessine. Celle de Raoul Sabourault, probablement auteur de ce message, résistant, passé par le camp d'internement en 1942 puis déporté à Mauthausen et décédé à Gusen le 3 août 1944. Le site du fort de Romainville est resté presque en l'état depuis la seconde Guerre mondiale. Il constitue une source exceptionnelle pour connaître l'histoire de ce lieu et celle des résistants qui y furent internés sous l'Occupation.

Raoul et Berthe Sabourault.
ALGERIE



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site