Montjean

Autres pages concernant Montjean

Montjean
Montjean monument aux morts

Montjean église
Montjean histoire

Dans la presse : http://www.charentelibre.fr/charente/villefagnan/

Histoire de la rivière Péruse : http://villefagnan.wifeo.com/riviere-la-peruse.php
STOP STOP STOP STOP
Lire cet article sur le blog Art et Histoire.
Il concerne Montjean et Londigny et un auteur local - Léon Deschamps né à Sauzé-Vaussais - et son roman publié en 1888 : Le Village, Moeurs paysannes : http://artethistoire.blogs.charentelibre.fr/histoire-montjean-et-londigny-le-roman-oublie-le-village-moe.html

Miracle !

Montjean fait partie depuis le 1er janvier 2014 de la CDC Val de Charente (après CDC pays de Villefagnan) et du canton Charente-Nord depuis le 1er janvier 2015 (après canton de Villefagnan).

Nouveaux horaires d'ouverture de la mairie
De nouveaux horaires d'ouverture du secrétariat de mairie de la commune de Montjean seront instaurés à partir du 1er juin. Le secrétariat sera ouvert le mercredi de 14h à 16h et le vendredi de 14h à 17h.

...Montem Joanus (Jean), Montem Jovis (Jupiter), ... quelle que soit l'origine du nom de notre commune, il est certain que le Montjean d'aujourd'hui correspond à un établissement très ancien : des fragments d'outillage lithique (préhistorique), des morceaux de tuiles gallo-romaines, des vestiges immobiliers anciens ici et là, en témoignent.
 
Le monument aux morts a été déplacé dans l'ancien cimetière.

L'ancien cimetière en 2000 avant trasformation.

 
On notera, entre autres souvenirs, qu'en 1402, la paroisse de Montjean appartenait au Chapitre Cathédral de Limoges. On notera aussi que la superficie cultivable de la seigneurie comprenait le village de Vaussais, aujourd'hui dans les Deux-Sèvres.
Il existait en cette lointaine époque, en 1476 très précisément, 47 grosses exploitations dont la surface n'excédait pas 16 hectares.
 

Montjean se situait sur le bord de la route postale de Paris en Espagne. Un relais de poste était établi au village de Bannières. Un gué permettait de traverser la Péruse. Un pont (les Montjeanais disent la jetée) a été construit depuis.
Deux difficultés donc : traverser la Péruse et la vallée de la Morelle.
En 1763 cette route était déviée par Ruffec : consulter les pages "Routes et relais de poste" sur ce site parent : http://gastronomeruffec.wifeo.com/

Mairie ouverte mardi et vendredi 9h00-11h30
Tél : 05 45 31 09 14
Fax : 05 45 31 67 44

mairiemontjean@wanadoo.fr

Au cœur du village, la mairie, réaménagée depuis peu, assure, le secrétariat et le service d'archives. Le vieux cimetière a été transféré à l'extérieur du bourg. L'espace a été aménagé en jardin du souvenir : http://villefagnan.blogs.charentelibre.fr/2010/05/11/

Population

  • 2009 : 265 hab.
  • 2004 : 270 hab.
  • 1999 : 262 hab.
La commune dispose d'une agence postale communale.

Montjean dans le journal : http://villefagnan.blogs.charentelibre.fr/montjean/
Détails importants : Description de la commune

Avec un peu moins de 300 habitants, la commune n'en est pas moins une collectivité au sein de laquelle fleurissent les projets et les réalisations.
Bien située géographiquement, presque au centre du Poitou-Charentes, à quasi égale distance de Niort, Poitiers et Angoulême, Montjean est la porte d'entrée nord du pays Ruffécois, et par conséquent, de la communauté de communes ! En moyenne, 2200 véhicules par jour traversent le bourg.
Pour inciter à l'arrêt, la municipalité a souhaité préserver et développer les commerces locaux, les services, les loisirs.






Miel et abeilles, un métier, une passion...

Boulangerie-pâtisserie, bar-restaurant, apiculteur, miel et pains d'épices, transporteur routier, mécanicien agricole, menuisier charpentier... Les artisans et les commerçants assurent des prestations de qualité.

L'école, en regroupement pédagogique, permet aux enfants de bénéficier d'un enseignement individualisé. La vaste salle des fêtes et le restaurant scolaire sont autant d'équipements qui autorisent bien des festivités comme les marchés et les brocantes.
Une comète s'abat sur Montjean...


La nouvelle école en construction en 1908.

Les loisirs ne sont pas non plus absents : tennis (plateau sportif polyvalent), bibliothèque... sont soutenus par une vie associative riche : comité des fêtes, association de chasse.

Le festival d'accordéon a lieu chaque année le 1er week-end d'août au village de la Péraudière. http://villefagnan.blogs.charentelibre.fr/2013/08/05/
Le rampeau y est roi : http://villefagnan.wifeo.com/le-rampeau.php



L'ancien lavoir sur la Péruse, au bord de la route reliant Ruffec à Sauzé-Vaussais. Ce lavoir possède la particularité de posséder une plate-forme dont la hauteur se règle en fonction du niveau de l'eau. Il est sans doute le seul lavoir ainsi conçu recensé sur l'ensemble du territoire du canton. Ce concept était très pratique. La couverture de tôle a été remplacée en 1945 ou 1946, Louis Geoffroy étant maire, par des prisonniers de guerre allemands qui ont aussi construit la salle des fêtes.

Enfin, pour faire découvrir les atouts de Montjean, la municipalité a restauré une maison du XVIe siècle qui devrait devenir La Maison du Val de Péruse et abriter un observatoire de la faune et de la flore de cette rivière. 

A l'arrière, elle a réalisé un jardin inscrit au réseau des jardins du Pays du Ruffécois, Le Jardin des Cinq Sens.

Alors, n'hésitez pas à venir vous détendre sur les berges de la Péruse et découvrir, au détour d'un méandre, la vie des myocastors, des hérons, etc., la beauté des essences végétales et des vieux moulins... sans oublier nos sympathiques concitoyens.


 


Montjean présentée en 2002
Commune limitrophe des Deux-Sèvres, Montjean s’installe en porte d’entrée de la Charente sur l’axe Ruffec Sauzé-Vaussais. Les véhicules qui descendent et remontent vers la Bretagne sont «habitués» à faire une halte sur la place centrale, premier ou dernier bourg de Charente sur cet itinéraire. Consciente de sa situation géographique et de l’attrait de ses paysages, Montjean affûte ses atouts afin de capter cette clientèle de passage et les touristes des gîtes ruraux. Aux côtés des artisans (menuisiers et mécanicien agricole), des agriculteurs et d’un exploitant apicole, il ne subsiste pourtant que deux commerces au bourg : une boulangerie pâtisserie et un bar restaurant (avec pension). Mais le dynamisme dont ils font preuve, allié aux efforts de la municipalité, laisse à penser que Montjean retrouvera sa vitalité passée.
A Montjean, on aime l’histoire : sur les panneaux réalisés de concert avec la CdC on apprend que la paroisse était connue dès le IXe siècle (Montem puis Monte Joannis) et qu’elle appartenait à la fin du Moyen Âge au chapitre cathédrale de Limoges. Montjean était traversée par la route postale de Paris en Espagne avec un relais à Bannière, mais Turgot a préféré dévier cet axe sur Ruffec en 1760. Vers 1840, une route reliait Ruffec à Sauzé-Vaussais, et la liaison vers Villefagnan était redessinée.
L’église St. Romain du XIIe siècle couverte de tuiles mérite un arrêt car «elle offre un ensemble de vitraux de la fin du XIXe ; celui du chœur figurant un Christ en gloire après la Résurrection, a été conçu en 1864 par le prestigieux atelier Léopold Lobin de Tours».
Deux anciens moulins exploitaient la force motrice de la Péruse : le moulin Gillebert et le moulin de Mareuil. Un ancien lavoir à tablier mobile et des vestiges de bassins à rouir le chanvre complètent le patrimoine autour de la rivière. Montjean a décidé d’aller plus loin en restaurant une superbe maison du XVIe siècle ; en édifiant un hangar destiné à recevoir des aquariums. Le chômage a sans doute été l’élément le plus déterminant pour créer un chantier d’insertion en décembre 1997. Au delà des nombreux stagiaires formés et réinsérés dans le monde du travail, les réalisations du centre sont remarquables tant par les méthodes mises en œuvre que par l’intérêt architectural des ensembles restaurés ou bâtis.
Noyé dans un cadre de verdure, bercé par les eaux vives de la Péruse, les Monjeannais aiment la bonne chère. Ainsi, Jean-Louis Caillet, et son épouse, apiculteurs, alimentent les marchés de la région de pain d’épices, semé de pépites de chocolat ou mêlé de marmelade d’orange, d’hydromel, etc. De même, à la boulangerie Timperman, une superbe tarte maison excite les papilles de la clientèle : la Montjeannaise, brioche imbibée de sirop de rhum et recouverte de crème mousseline. Le Relais de La Péruse complète cette démarche avec sa cuisine réputée.



 

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site