ADANC
Association pour le développement de l'animation en Nord-Charente

L'animation du Nord-Charente
L'association pour le développement les communes des alentours tellement elle y a trainé ses guêtres. Peut-être faudrait-il préciser ses bottes de cuir, de cow-boy, et de sept lieues, vu l'importance des déplacements de ses animateurs. L'histoire de l'ADANC mérite d'être gravée dans le marbre car elle n'est pas banale.

L'ADANC est issue de la société d'échanges internationaux de Villefagnan (SEIV) fondée en 1977 par Alain Damy avec la section féminine du Football Club Villefagnan (FCV).
L'idée est partie d'un échange opéré avant 1977 avec l'Allemagne. « Quand on a vu que ça marchait, expose Alain Damy, on s'est dit que ça méritait d'être poursuivi. » L'expérience se poursuivra avec le Québec, la Tunise, l'Irlande, l'Ecosse, la Hollande, etc.

Tout est dit ci-dessous dans un n° spécial de l'Avenir de Ruffec publié en 1986


Instituteur devenu professeur de sport, l'enseignant débarque en 1974 de Chabanais où il avait initié le même type d'échanges et s'installe au collège tout neuf de Villefagnan.
Puis il sera détaché auprès de la DDJS jusqu'en 1990, et enfin, pour cause de décentralisation, auprès du conseil général de la Charente.
En 1981, il se lance dans la création du musée rural (conservatoire des traditions populaires) avec la participation du GRAHV.
Ce fut l'époque de la danse des seniors, du club des aînés qui organisait avec l'aide de l'animateur départemental des fêtes «rocambolesques».


L'humour fait toujours partie intégrante des fêtes de l'ADANC, ici à La Faye.

Entre les deux était lancée l'idée des réveillons, 26 qui ont connu un immense succès.

L'ADANC succède à la SEIV en 1989, dans le but de fournir un support juridique aux initiatives liées à l'animation du territoire.

Ce qui explique :
"association pour le développement de l'animation du Nord-Charente".

Pour marquer l'arrivée des vacances d'été, l'ADANC organisera longtemps des fêtes mémorables, et plutôt comiques, à Villefagnan puis à La Faye, mêlant sketches et danse.


A. Damy et son Quicksylver américain propulsé par un moteur Rotax 2 temps.

L'ULM au secours du Nord-Charente
Le club ULM sera créé selon le schéma esquissé par l'ADANC, en tant que section nouvelle afin de faire ses premiers tours d'hélice. Mais il fallait trouver un terrain d'envol.
C'est Géo Lancelot qui prêtera, initialement, un champ de luzerne au nord de sa ferme à Kaalidan. Le Crédit mutuel fournit des subsides pour acheter l'avion. Le pilote ? Alain Damy ira se former à Limoges accompagné parfois d'Henri Sanné. A chaque fois, un long voyage pour seulement 15 minutes de cours et de vol.
L'avion s'annonce à Chef-Boutonne. Heureusement, c'est un ultra léger motorisé, un Quicksylver américain propulsé par un moteur Rotax 2 temps. Posé sur un camion, le coucou est livré en kit chez un mécanicien moto de Chef-Boutonne. Henri Sanné qui s'y connait en robinetterie, aide à monter la machine sous le hangar du motociste. Puis il faut s'envoler pour Villefagnan. Heureusement, à Limoges, Alain Damy, avait rencontré Jean-Claude Bernardeau, un pilote résidant à La Bataille (79) supposé « spécialiste de l'ULM ». L'aviateur assistait également au montage de l'oiseau de feu.
Nos deux pilotes s'envolent pour la Charente, chacun assuré du « métier » de son compère. Mais, en altitude, ce n'est pas facile de reconnaître une route quand on ne l'a jamais survolée. Heureusement un coup de rase-mottes d'Alain Damy à Theil-Rabier permet de consulter la bonne pancarte.

Le poser d'assaut à Villefagnan se fera sans dommage. Et c'est là qu'Alain Damy apprendra (trop tard) que son compagnon de manche ne totalisait, comme lui, pas plus de 2h30 de formation. « On était un peu fous » convient-il.
Un terrain appartenant à l'association s'avérait nécessaire. Justement, Géo lancelot en possédait un à Brettes, mais cette décharge sauvage était garnie de « chirons » de pierres au milieu desquelles avaient poussé des ronces. Lesquelles seront brulées grâce au chalumeau d'Henri Sanné : un lance-flammes... Les pompiers de Villefagnan sont là, et mettent en sécurité la maisonnette de garde-barrière. Des agriculteurs sont venus prêter main-forte avec tracteurs et remorques. Rapidement, quarante charrois laisseront le terrain nu et plat. Mais un peu court, les atterrissages se faisaient sur le travers. Quelques achats de terres le jouxtant règlera le problème.

Si une tour de contrôle n'était pas nécessaire, il fallait trouver un hangar, une cage pour l'oiseau. La solution viendra de M. Moinot à Paizay-Naudouin qui donnera un hangar situé au dépôt de la coopérative agricole. A la condition d'aller le démonter et de le ramener à Brettes. Mais il en fallait plus pour vaincre toutes ces bonnes volontés.

Un ULM Hurricane du club de Brettes sur son terrain en 2005.


La section ULM de l'ADANC sera transformée en club ULM du Nord-Charente au début des années 1990. Le cordon ombilical est coupé, le nouveau club vole de ses propres ailes.
Le club de plongée initié par l'ADANC en fera de même, à défaut de brasser de l'air, il agitera de l'eau. Suivi de «La main tendue vers les autres» qui forme une association caritative pour le Burkina-Fasso.


Vers la country
L'ADANC professait depuis 1984 la gymnastique, la danse pour tous. En septembre 2001, elle proposera des séances de danse country.

Entrée est de Brettes : country vous dites ?

En 2002, elle rompt avec Villefagnan pour installer social à Brettes. La country commence à pointer le bout de ses bottes pendant l'été avec le groupe Diligence. Peu à peu l'idée d'un festival mitonne doucettement.


Brettes organise avec la complicité de la coopérative d'utilisation de matériel agricole (CUMA) deux journées de festival country en juillet 2003 : «Le chant de la vache». Un nom et un genre musical adaptés à ce village.
Le groupe Adanc'seurs est créé en 2004.

Brettes (CL et AVENIR de RUFFEC 23 juillet 2006)
Le festival country se pose en charter pour voyager vers le Far-West
Les amateurs de country se sont déchaînés durant trois jours à Brettes. Tout leur saoul, ils ont avalé des concerts du vendredi au dimanche, participé aux stages de formation, fait la fête et leurs emplettes couleur Far-West ou locales. Le festival country, c’est aussi une fête populaire avec un spectacle gratuit où les cow-boys et les indiens ont encore prouvé dans que le meilleur ami de l’homme, c’était le cheval.
«Il a fallu aménager un champ en terrain de camping, clame Alain Damy président de l’association d’animation en Nord-Charente (Adanc), les passionnés de country se sont installés dans notre petit bourg pour trois jours». En famille, en jean, bottés et fiers comme cow-boy, ils pérorent sous leurs chapeaux bienvenus sous le soleil de Brettes. Les Harley-Davidson trônent avec suffisance au milieu de la fête. Elles sont de tous âges. Elles crachent avec nonchalance : «Poum poum !» Un souffle qui en dit long sur leur puissance de locomotive. Sur le marché, les accessoires et les drapeaux américains s’exposent par milliers. 66 semble le chiffre fétiche.
Les hangars de la Cuma de Brettes se sont remplis de public à chaque concert. Devant la scène, un immense parquet, protégé de barrières en bois façon corral, permettait aux danseurs de s’élancer sur le rythme de leur musique préférée. «Notre parquet, confiaient des bénévoles, faudra qu’on le rallonge l’an prochain». En effet, la place manquait parfois, surtout le samedi soir avec le groupe «The Rodéo Girls» qui faisait cligner les yeux des cow-boys.

La country fait des émules «de 7 à 77 ans». Les stages de danse ont fait recette, le samedi comme le dimanche matin. Parmi les apprentis danseurs, de tous jeunes et de nombreux amateurs venus de toute la région Poitou-Charentes. Effectif complet ! Mais il fallait être en mesure d’aller au bal dans de bonnes conditions. Avec l’ambiance, pas de problème de rythme.

Pas de Far-West sans chevaux

C’est un spectacle équestre de belle facture qu’ont présenté dimanche après-midi «Les cavaliers du feu», une association de Rochechouart emmenée par Michel Maniaval. Une horde de beaux chevaux majoritairement de race portugaise, une race sélectionnée pour son aptitude au travail. «Cela permet de voir le cheval hors compétition, explique Laurence Maniaval, on tire parti du cheval en tant que partenaire. Tous nos chevaux passent par des bases classique, basse école». Le travail à pied, l’attelage, les évolutions avec des facteurs extérieurs comme le bruit ou le feu font partie des étapes du dressage.
Le thème du Far-West fait appel à la pyrotechnie, une spécialité de Michel Maniaval 1er prix au festival de Clermont-Ferrand. «Le feu, les armes, les bombes, les tirs sont des thèmes très demandés» ajoute Laurence Maniaval. Le spectacle confirme. Fi du coup de canon tiré derrière leurs oreilles, les chevaux ne bougent pas d’un poil. Et ce sera de même avec le feu qu’ils traversent avec élégance. Seuls, les applaudissements du public parviennent à leur faire baisser la tête, en guise de salut. De vrais artistes.
Le 4e festival country à Brettes a satisfait ses organisateurs. Le public est chaque jour. Il participe de plus en plus aux activités et donner à ce festival la tournure d’une grande fête populaire.

 

Ici non pas les Adanc'seurs, mais le public du Chant de la vache.

Des pointures sont invitées à chaque festival : J.C. Harrison, Yann Scott, Youpi Whaou, Liane Edwards, etc. L'Adanc connait le bonheur, en 2004, de recevoir le trophée du Poitou-Charentes des meilleures initiatives culturelles en milieu rural, catégorie danse. Le festival semble pérennisé, mais après quelques années - et six éditions - il semble nécessaire de souffler un peu.
 

Les rendez-vous restent très nombreux pour les presque 400 adhérents de l'ADANC. De Melle à Saint-Pierre-d'Exideuil, en rejoignant Mansle puis Aigre, etc. Les bals et animations nombreuses permettent désormais de mettre en pratique l'apprentissage reçu et de retrouver ses amis. L'ADANC est devenue « organisateur de spectacles ». Et réfléchit à de nouvelles aventures, et de nouvelles charentaises pour son président.

Et la Zumba...

Depuis décembre 2011, c'est lancé et ça marche fort !

Mai 2012 : danse chez les voisins à Charmé (avec vidéo).

Juin 2013 : fête de l'ADANC à LA FAYE (avec vidéo).

Demandez le programme 2013-2014 !
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site