Le SIAEP
Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable (SIAEP)
 
Le Syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable (SIAEP) de la région de Villefagnan s'est créé le 11 octobre 1957. Il distribue l’eau dans dix-neuf communes, dix huit pour le canton de Villefagnan (sauf Montjean et Souvigné) et une dans le canton de Ruffec : Villegats.

La qualité de l'eau est conforme aux normes.
La DDASS contrôle la qualité de l’eau.

VEOLIA gestionnaire du réseau est rémunérée sur la base de l’eau consommée (factures) et reverse une part au syndicat présidé par Marc Vigier (maire de Villegats) assisté de vice-présidents.

Madame Olga Barbier assure le secrétariat (en mairie de Raix).
Mairie
16240 Raix

E-mail : mairiederaix@wanadoo.fr

Mairie ouverte le mardi toute la journée et le vendredi de 13h30 à 17h30
Tél.-Fax : 05 45 31 60 38

 
Le SIAEP de Villefagnan a délibéré en faveur d'une fusion avec le SIAEP de Ruffec (Val de Roche). Il est défavorable à une fusion des cinq syndicats du Ruffécois qui n'obéissent pas tous aux mêmes règles de gestion et n'ont pas choisi un fermier identique.



Pompage à Saint-Fraigne.

Le SIAEP achète l’eau aux syndicats voisins : Saint-Fraigne et Aunac (et une petite part à Ruffec - Val de Roche).
Il est copropriétaire des stations de pompage de Saint-Fraigne et Aunac.
Il délègue la gestion du service et de la distribution à Véolia depuis le 1er janvier 2010  (contrat de la SAUR des débuts jusqu’à 31/12/2009) qui assure aussi l’entretien et la réparation du réseau.

Au 1er janvier 2011, le prix de 120 m3 d'eau potable pour l'usager est de 280,93 € à 287,38 €. Sur ce montant 40% vont à l'exploitant (entretien et fonctionnement), 42 % au SIAEP pour les investissements ; les taxes s'élèvent à 18 %


Histoire de la distribution de l'eau potable
En 1939, Villefagnan et ses voisines voulaient lancer un syndicat intercommunal d’adduction d’eau potable. Ils ont mis sur pied un syndicat en vue de former le SIAEP. Mais il est apparu difficile de trouver une source de capacité suffisante.
Un puits de 43 mètres avait été foré à Villefagnan mais sans succès. Il ne se remplissait que lors des fortes pluie d'hiver.
Eau potable (5 novembre 1940) : Le service des ponts et chaussées a établi un service d’eau potable à Villefagnan, projet qui s’élève à 12.600.000 francs dont 564.901 francs pour la commune de Saint-Martin. Taux probable de subvention : 60 pour cent. Prêt à 3 pour cent.
Toutes les communes étaient intéressées par ce projet sauf Courcôme qui avait déjà esquissé sa propre desserte communale. Son réseau était opérationnel dès 1943 mais ne concernait pas toute la commune. Raix s'y raccordait quelques années plus tard, en 1950. Cependant, au début des années 1990, la qualité de l'eau ne pouvant plus être conforme à celle imposée par les normes, ces deux communes firent le choix de se raccorder au réseau du SIAEP cantonal : 1991 pour Raix et 1992 quant à Courcôme.


Eau potable (29 août 1957) : syndicat de communes en vue de la construction d’un réseau d’eau potable. Du syndicat d’études au syndicat définitif, étude adoptée le 18 juillet 1957 et décision prise de passer aux travaux.
Le syndicat de communes de la région de Villefagnan est chargé de procéder à la réalisation des travaux.

Eau potable (29 décembre 1957) : arrêté du 9 décembre 1957 par le préfet de la Charente portant ouverture d’enquête publique pour un projet d’alimentation en eau potable des communes de Sauzé-Vaussais, Montalembert, Pliboux et Montjean. Projet qui consiste à la dérivation des eaux du captage de Foncaltrie pour alimenter ces communes.

Pour Souvigné raccordé au SIAEP voisin d'Aigre, une histoire d'eau intéressante dans cette page : http://villefagnan.wifeo.com/souvigne-histoire.php

 


A partir de 1957, le SIAEP se lance dans l'étude et la programmation de son réseau pour un montant estimé de 875 000 000 de Francs. Les travaux, répartis en huit tranches, débuteront en 1960 pour se terminer en 1966. Le syndicat assure le financement de ses travaux d’investissement. Villefagnan sera raccordé en 1962 et la Magdeleine en 1965.


Le réseau, long de 203 km, dessert 2779 abonnés soit 5354 habitants permanents (chiffre non actualisés).  Le m3 est facturé 2,3 Euros (2011) au particulier. 
Qualité de l'eau en Poitou-Charentes

Le SIAEP afferme à VEOLIA la gestion de la distribution et l’entretien de son réseau. La ressource en eau se partage entre les SIAEP de Saint-Fraigne (237 965 m3), d’Aunac (205 041 m3) et du Val de Roche (20 688 m3).  
Saint-Fraigne fournit une eau dont la teneur en nitrates est de 30 mg par litre. De même depuis août 2009 pour Aunac qui s'est équipé d'une station de filtrage des nitrates et pesticides (avec participation financière du SIAEP de Villefagnan).


Gouffre où seraient disparus une charrette et ses deux bœufs...


L’eau de la station de Saint-Fraigne vient pour partie :

  • d’une source (un gouffre où seraient disparus une charrette et ses deux bœufs),
  •  et de l’autre d’un forage profond.
Dans le premier cas, l’eau est trop chargée en nitrates et pesticides. 
Dans le second, les pompes fournissent de l’eau fortement chargée en fer dont la température est de 28°. 
D'où :
1. Les pesticides sont filtrés sur lit de charbon actif. 
2. Le fer est piégé dans une cuve de décantation.
Le mélange de l’eau profonde et de l’eau de la source permet ainsi d’assurer un taux de nitrates de 30 mg par litre.
 

Article publié en juillet 2010 dans l'Avenir de Ruffec et Charente Libre

Villefagnan : Le syndicat d’eau délivre désormais une eau conforme
L’agence régionale de santé (ARS) a présenté dernièrement aux délégués du syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable (SIAEP) de la région de Villefagnan les bilans de la qualité de l’eau distribuée. Tous les indicateurs sont passés au vert depuis la mise en route d’une unité de traitement de l’eau à la station de Moutonneau.
Le territoire du SIAEP de Villefagnan est alimenté à la fois par la source du Moulin-Neuf à Saint-Fraigne, par celle de la Mouvière à Moutonneau (AUNAC) et dans une moindre mesure par celle de Verteuil (Val de Roche).

Au cours de cette réunion il a été rendu compte des travaux réalisés sur le réseau et décidé d’accroître les volumes fournis par Val de Roche pour améliorer le bon fonctionnement de l’interconnexion entre réseaux. Le nombre des abonnés s’est légèrement accru en 2009. Le prix théorique d’un m3 d’eau pour un usager en consomment 120 annuellement est de 2,24 euros (2,34 pour Villefagnan). Le changement de fermier en 2010 - VEOLIA au lieu de la SAUR - a permis de réduire le part de l’usager et d’équilibrer celles du fermier et du syndicat, lequel pourra ainsi entreprendre plus facilement des travaux de renouvellement de réseau.



Les délégués sont allé visiter la station de Moutonneau à l’issue de cette réunion. La source de la Mouvière se situe au bord de la Charente et se concrétise par un puits dont le niveau est supérieur à celui du fleuve, ce qui évite les pollutions accidentelles.

La teneur en nitrates avait peu à peu été réduite en mélangeant ses eaux avec celle d’un forage profond de 235 mètres. La teneur en fer des eaux profondes a obligé l’installation d'un système pour la réduire. Puis le volume de nitrates et de pesticides ont obligé à construire une unité d’épuration. Les nitrates sont éliminés par des bactéries qui se développent par l’ajout d’éthanol dans l’eau. Les pesticides sont retenus par des filtres à charbon actif. Aucun problème n’a été rencontré depuis un an de fonctionnement. La Mouvière alimente les abonnés du syndicat d’Aunac, et peu ou prou ceux de Saint-Claud, Villefagnan et Luxé.




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site