La presse locale avant et après 1900
Page 3














































Dimanche 10 août 1924, Le Mellois, Loubillé, arrestation
Le 6 courant, la jeune B... âgée de 11 ans, se trouvait sur le chemin de Péré à Loubillé, non loin de cette dernière localité, lorsqu’elle fut accostée par un individu qui, après lui avoir demandé un renseignement se jeta sur elle, la renversa dans le fossé et exerça sur elle certaines violences. L’individu prit ensuite la fuite. Le père de l’enfant arriva un instant après et elle lui raconta ce qui s’était passé. Les gendarmes de Chef-Boutonne prévenus par téléphone se mirent à la recherche de l’agresseur qui fut arrêté à Couture d’Argenson vers 10 h. du soir. Il reconnut une partie des faits. Traduit devant le tribunal, il a été condamné, le 8 courant, à six mois d’emprisonnement et 50 fr. d’amende.


Dimanche 5 octobre 1924, Le Mellois, Loubillé, en appel.
Marcel-Henri B., ouvrier étameur à Fouqueure (Charente), condamné à six mois d’emprisonnement le 8 août par le tribunal correctionnel de Melle pour avoir violenté une fillette près de Loubillé, avait fait appel. Par son arrêt du 20 septembre la Cour d’appel de Poitiers a élevé la peine qu’elle a porté à huit mois d’emprisonnement.




 


Dimanche 15 mars 1925, Le Mellois, le curé est battu
Il y a quelques jours, M. L’abbé Boone curé de Bouin, desservant Loubillé, officiait dans cette paroisse. La cérémonie fut troublée par trois jeunes gens qui proférèrent des cris et firent à haute voix des réflexions désobligeantes pour le prêtre et les assistants. M. l’abbé B… les ayant invités à sortir avec lui pour leur expliquer dans quel mauvais cas ils se mettaient, les trois énergumènes le suivirent, et, une fois dehors, se jetèrent sur le prêtre et le frappèrent, sans égard pour son âge. Dimanche 30 mai 1925, Le Mellois. Nous avions signalé, il y a quelques semaines, l’incorrection de quelques jeunes gens qui avaient causé du désordre dans l’église de Loubillé, pendant un office, et porté des coups à M. l’abbé Boone, curé de Bouin, qui leur avait adressé de justes remontrances. Cette affaire a eu son épilogue devant le tribunal correctionnel de Melle qui a infligé à ces jeunes gens une condamnation méritée.

Octobre 1933 : meurtre au rondeau

http://villefagnan.blogs.charentelibre.fr/paizay-naudouin-le-crime-du-rondeau.html






 
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site