Topographie et géologie

Le canton de Villefagnan se présente comme un vaste plateau calcaire creusé de trois vallées principales où coulent trois affluents de la Charente :
  • la Péruse,
  • le Bief,
  • et l'Aume (Osme).

La Péruse à Bernac.


Le Bief à Courcôme.


L'Aume à Longré.

Même si elles sont peu encaissées, les vallées de la Péruse et du Bief sont plus marquées que celle de l'Aume aux abords marécageux.
Outre les nombreuses ramifications des cours d'eau principaux, plusieurs vallées sèches traduisent la présence de ruisseaux anciens.


L'eau de la région sur Internet :
Cliquez :
Situation hydrologique de la région

Niveau des eaux

Alors que les altitudes les plus élevées oscillent autour de 150m, les plus faibles avoisinent 80m ce qui nous donne une moyenne altimétrique de 135m.


Nous pouvons déterminer deux secteurs topographiques :
  • d'un côté les vallées,
  • de l'autre une zone de plateau.


Alors que les altitudes les plus élevées oscillent autour de 150m, les plus faibles avoisinent 80m ce qui nous donne une moyenne altimétrique de 135m.

Géologiquement, le canton de Villefagnan est situé sur les plateaux sédimentaires jurassiques du bassin nord-aquitain.

La majeure partie du canton est occupée par des formations calcaires et marnocalcaires de natures différentes. Plus ou moins argileux, fins ou graveleux, ces calcaires peuvent être classés en trois catégories :
  • les calcaires marneux,
  • les calcaires durs,
  • et les marnes.
Le rauracien et l'argovien de l'étage oxfordien ainsi que le callovien appartiennent à la classe des calcaires marneux.

De leur côté, les calcaires durs sont représentés par les formations du jurassique moyen, le bathonien et le bajocien.
Enfin les marnes qui sont des calcaires meubles prennent leur extension dans l'étage oxfordien. Ou bien elles alternent avec les calcaires graveleux ou blanchâtres de l'argovien, ou bien elles entrecoupent le calcaire argileux du rauracien.
 
Sur une surface assez importante du nord-est du canton se développe l'argile à silex issue de l'altération des marnes et des calcaires.Cette zone se prolonge sur les cantons de Sauzé-Vaussais et de Civray.

Les vallées sont occupées par les alluvions fluviales caractéristiques. Parfois des dépôts de pente ou grèzes s'accumulent sur leurs flancs..."

Notons que le sol du nord du canton est couvert d'argile à silex (terre rouge surtout sur les communes de La Forêt-de-Tessé, Montjean, Londigny, Saint-Martin-du-Clocher).
 
Ci-dessus, exemple de mur comportant de nombreux moellons de silex liés avec de l'argile rouge (environs de Londigny).

La nature du sol influence fortement les essences des surfaces boisées :
 

- le chêne préfère le calcaire fin ;

- alors que le châtaignier pousse gaillardement sur l'argile à silex.
 


D'autre part, les murs des constructions offrent un aspect très différent, selon qu'ils ont été élevés :

- avec des pierres de calcaire fin, assemblées au sable gras (Tuzie),


- ou des moellons de silex roux, difformes et "intaillables", liés avec de l'argile rouge.

Ainsi, les murs réguliers du sud du canton ont souvent été bâtis de pierres de calcaire fin extrait localement et de sable argilo-calcaire (très gras et gorgé de salpêtre), alors qu'au nord du canton, les murs aux moellons difformes ne doivent leur solidité qu'à l'adhérence exceptionnelle de l'argile rouge présente massivement.


Maison charentaise du 19ème au toit à 4 pans bâtie en pierre calcaire (La Ferté).

Maison du 18ème siècle dont les murs sont liés avec de l'argile rouge (environs de Bernac).
 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site