"Sur les traces du loup" aux Couradeaux
Sentier de randonnée connecté au circuit de Saint-Jacques.


Le site des Couradeaux se partage entre les communes de Courcôme, Tuzie, Charmé et Salles-de-Villefagnan. Riche en orchidées, ce sentier a été ouvert aux promeneurs par la CdC en 2005. C'est une ballade pédagogique agrémentée de panneaux explicatifs.
Le sentier de randonnée «Sur les traces du Loup» a été réalisé par la Communauté de Communes du Pays de Villefagnan en collaboration avec les communes de Courcôme et Tuzie.

"Dans l'intérêt de tous, nous vous demandons de rester sur les chemins pour ne pas piétiner la végétation et courir des risques inutiles, laisser la flore et la faune évoluer librement sans prélèvement ni dérangement."


La bassie au loup lance des regards farouches au promeneur.

Courcôme-Tuzie (C'était en 2005)
Un nouveau circuit de randonnée piste le loup des Couradeaux
La CdC du Pays de Villefagnan vient d’ouvrir sur le site des Couradeaux, à cheval sur le territoire de Courcôme et de Tuzie, un nouveausentier de randonnée, le 13e de son histoire. Ce sentier pédagogique fleuri d’orchidées «sur les traces du loup» se raccorde aux chemins de Saint Jacques de Compostelle à hauteur de Salles-de-Villefagnan. Il vise à créer une dynamique nouvelle au plan touristique doublé d’une volonté affichée de partage du secteur entre tous les passionnés.
Tuzie, selon son maire Jean-Paul Terrassier, est fier de son «massif» des Couradeaux qu’elle partage avec Courcôme. «Ca sent bon ici, il fait bon ici, scande Jean-Paul Terrassier, qui, à des kilomètres à la ronde n’a pas recherché ici des orchidées ou consommé une amourette ? » Quant au conseiller général Jean-Pierre Régeon : «Pour moi, en tant que chasseur, ce sont les bécasses qui m’ont attiré dans ces magnifiques sous bois». Michel Duchiron, président de la CdC du Pays de Villefagnan et maire de Courcôme ramène chacun à ses moutons : «Les bergères ont quitté les lieux depuis belle lurette, les coteaux des Couradeaux sont devenus le royaume des randonneurs, à pied, à cheval, à VTT ou à moto, et des chasseurs».

Le maquis corse et la garrigue
Il a évoqué un site classé depuis plus de 20 ans en zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) : «La végétation de type méditerranéenne, les genévriers, les chênes rabougris rappellent le maquis corse et la garrigue». Mais selon les élus, une «trop grande publicité» due à l’organisation de courses de moto d’enduro sur le site, puis la révélation de l’existence d’orchidées sauvages d’espèces rares, ont fait converger aux Couradeaux de nombreux randonneurs. D’où une nécessaire planification des «visites». De nombreux chemins empruntés aujourd’hui par le sentier avaient été ouverts ou réouverts autrefois par les motards. Une réunion à l’initiative des enduristes du moto club des Orchidées les a réunis dernièrement à la mairie de Tuzie avec les maires, les propriétaires en vue d’une solution d’entente. Sage résolution en vue d’un partage équitable.

Sept kilomètres pédagogiques en famille
Chaussés de solides brodequins, une cinquantaine de participants à la marche inaugurale ont parcouru à vive allure ce circuit de 7 km qui les a visiblement séduits. De place en place, des panneaux et des pancartes orientent le promeneur. Une table d’orientation invite à observer Tuzie, de l’autre côté de la vallée, puis Salles-de-Villefagnan, puis Courcôme. Chaque station fait le point sur les orchidées et sur la faune locale. A l’approche de la «bassie aux loups», l’inquiétude des enfants grandit. «Mais le, loup ne vient boire que la nuit, n’est-il pas ?» rassurent les marcheurs britanniques. Marius Gagnère, président fondateur du GRAHV, avait repris toutes les légendes locales pour les publier en patois aux éditions La Péruse. Il avait été séduit par «la bassie au loucs». C’est cette histoire qui est couchée en patois (Yolande Vincendeau) et en anglais (Emmanuelle Duchiron) sur la pancarte qui voisine avec un énorme rocher fendu en forme de haricot dont la particularité est de suer toute l’année une eau limpide. Une eau fraîche que les loups lapent avec gourmandise !

Le sentier des Couradeaux tracé par un groupe de volontaires
Le départ du circuit «Sur les traces du loup» se situe au voisinage du Bief entre Tuzie et Moussac. Le dossier des Couradeaux a été «instruit» par Fabienne Chiron, chargée du patrimoine à la CdC en s’inspirant d el’exemple du sentier de l’eau à Montjean. Elle a fait appel à de nombreux intervenants et bénévoles pour mener à bien cette mission. Michel Duchiron a cité entre autres Bruno Morin, Pascal Tingaud qui avec M. Thouvenet de la Confédération de la Randonnée ont imaginé le premier balisage. Se sont ajoutés pour les textes Geneviève Guéret, Bruno arrivé, M. Rogeon, Mme Auricoste, Julien Filloux, Ludovic Graveleau. Les panneaux ont été réalisé par AGATE Production et leurs supports par Laurent Crémoux. René Dudognon et François Lenestoux ont aux côtés de Sophie Mevellec, agent de développement à la CdC, animé une équipe de poseurs de panneaux : René, Jacky, Jean et Bruno.
Il semblerait que ce sentier découverte puisse être inscrit bientôt dans le guide de la Société française d’orchidophilie.

A la découverte des orchidées.







Courcôme et Tuzie (2009)
Les comités des fêtes à la découverte des orchidées et les papillons
Le site des Couradeaux campe sur un coteau qui domine Courcôme et Tuzie. Un site de promenade et de découverte de la faune et de la flore, «sur les traces du loup» a été tracé par la communauté de communes du pays de Villefagnan et les communes de Courcôme et Tuzie sur les chemins qui gravitent autour du site. Des panneaux pédagogiques renseignent les promeneurs tout au long du circuit qui mène à «la bassie au loup», un gros caillou dont la fente ressue «une onde claire» en permanence et abreuve les loups.
Les comités des fêtes de Courcôme et Tuzie mettent sur pied ce rendez-vous commun le samedi 9 mai qu’ils ont baptisé : «la journée des orchidées et les papillons». «Nous randonnons chaque mois à l’initiative de René Dudognon, explique Jean Autexier, président du comité des fêtes courcômois, nous avons pensé que le 9 mai était la date idéale pour aller voir des orchidées qui seront en pleine floraison, et nous avons proposé au comité des fêtes de Tuzie de se joindre à nous pour organiser une journée de plein air et gratuite pour le public.»
La manifestation sera donc intercommunale, et tout public, à pied, en cheval ou à vélo avec pour guide l’infatigable René Dudognon qui connaît par cœur chaque espace mystérieux dans les Couradeaux pour y venir tous les jours. L’homme est intarissable !
Le départ de la randonnée sera donné à 10h, le circuit compte 6,5 kilomètres, et de nombreux raccourcis.
Ceux qui ne veulent pas randonner seront également les bienvenus sur le site, car ils pourront retrouver les marcheurs à la croix des Couradeaux, près de la table d’orientation. Un fléchage existe depuis les villages alentours.
A midi et demi, les deux comités des fêtes offriront l’apéritif de concert. Le pique-nique sera tiré du sac, mais des tables et des bancs seront installés sous les arbres par les bénévoles.
L’après-midi sera mis à profit pour bronzer, tout en découvrant les nombreuses variétés d’orchidées qui nichent sur ces coteaux ensoleillés. De belles et rares orchidées que présentera Bruno Arrivé, pharmacien de Villefagnan, un passionné spécialiste de la question. L’occasion de voir comment protéger ces fleurs fragiles.


Journée des comités des fêtes aux Couradeaux en mai 2013 : cliquer !

Tuzie fête le 14 juillet aux Couradeaux : jeux !
 



Les routes et les trains impactent inévitablement le paysage. Le remembrement, de nouvelles méthodes culturales, la mécanisation agricole, les éoliennes, la LGV SEA, bouleversent l'horizon. En 2004, sous la houlette d'Isabelle Tonka-Auricoste, les Villefagnanais avaient rendu une visite à leur paysage.
Leurs paysages intéressent les Villefagnanais (mai 2004)
Les bénévoles de Synergie ont été favorablement surpris par le nombre de participants à la sortie organisée pour étudier l’évolution des paysages du canton. Commencée à Raix, commune chargée d’histoire, et parce que la mare repose sur la rencontre de deux couches géologiques, cette visite s’est poursuivie en direction de Courcôme. La géologie du sol et du sous-sol expliquées par Isabelle Tonka permettent de mieux comprendre le nivellement du terrain et l’implantation des villages dans cette zone. «Les villages se situent à peu près à a même altitude, soit 110 à 120 m, et sont reliés par des routes ancestrales qui suivent la même courbe de niveau» a-t-elle expliqué. Visiblement, les ancêtres n’aimaient ni les côtes, ni les descentes. L’ingénieur des ponts et chaussées qui a tracé à la fin des années 1840 le chemin de grande communication n° 27 ne s’est pas soucié de tels détails. Tout droit d’un village à l’autre a été sa ligne de conduite, même si au niveau de Tuzie l’insuffisance de crédit faisait revoir sa copie par le Préfet. Mais les suppliques des maires de Courcôme et de Villefagnan eurent raison de ce haut représentant de l’Etat et Tuzie fut desservi… tout droit. Après les carrières de pierre de cette commune, Synergie a conduit son excursion vers les Couradeaux. Chacun voulait se baigner dans la «bassie» aux loups, mais dut se contenter de quelques lapées d’eau fraîche. Une belle balade à pied sur un circuit en cours d’aménagement par la CDC du Pays de Villefagnan.
Le retour par le village des Combeaux a permis de dévoiler un petit hameau et un lavoir caché, puis de parler du vieux moulin à eau sur le ruisseau qui descend de Bessé pour se jeter dans le Bief, un ruisseau sans nom. Un pique nique à Raix a permis de refermer ce tour de paysage et d’expliquer les derniers points obscurs.

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site