Ma retraite à Villefagnan

Le Clos des Tours est géré par l'association des foyers de province Marseille (AFPM). Antoine Rolland en est le directeur depuis le 11 septembre 2014 (lire l'article) à la suite de Françoise Lecigne qui elle même a succédé en janvier 2014 (lire l'article) à Francette Bottreau.
 

Antoine Rolland, directeur de l'EHPAD de Villefagnan.
 

"La Résidence du Clos des Tours : tél. 05 45 31 77 96"

Cette association, l'AFP, est née vers 1950 à Marseille, et gère quinze établissements répartis au sud et au centre de la France : soit 1000 lits et 350 salariés.
Quatre foyers existent en Charente : St-Amand-de-Boixe, Blanzac, Chabanais et Villefagnan. Jean-Louis de Boissezon, directeur général de l'AFPM : «Notre objectif prend ici toute sa dimension, qualité de l’accueil des personnes âgées, prise en charge personnalisée…Nous privilégions la dimension humaine, pour nos résidants comme pour nos salariés, notamment avec la formation. En exemple, nous avons créé un diplôme officiel : agent d’accompagnement pour personnes âgées dépendantes».

Dès 1983 on s'intéresse à un Foyer-Logement, il avait même été suggéré de l'installer dans le grand bâtiment de l'ancienne gendarmerie.


Tout arrive... En avril 1989 la grande maison sort de terre.


Juillet 1989, l'ouverture se rapproche, des tarifs sont établis (article en pdf).
 

Francette Bottreau était directrice de la maison de retraite du Clos des Tours depuis l’ouverture le 2 octobre 1989. Et même avant car elle était en poste dès le 16 août 1989 pour surveiller la fin des travaux.
Depuis 1989, celle que les résidants nomment la directrice, œuvre au sein de l’AFPM (elle a cessé ses fonctions en janvier 2014). En 1993, elle accédait au statut de cadre. En 2000, brillamment, elle obtenait de l’Université de Grenoble un diplôme de «Responsable d’établissement à caractère social», un titre de niveau BAC +5 (formation AROBAS).
Le Ministre de l’emploi et de la solidarité lui a décerné la médaille d’honneur du travail pour ses vingt années de service. «Francette dispose de nombreuses qualités : écoute, respect, esprit d’équipe ; son enthousiasme débordant est communicatif, elle incarne totalement les valeurs de l’association, explique Jean-Louis de Boissezon, elle adore peindre, elle est très sensible, on m’a dit qu’elle encourageait le sport (maillots offerts aux footballeurs), elle a le sens du contact et de la rigueur».


Elle n'a pas gaspillé son énergie ni laissé s'étouffer son établissement qui n'aura cessé d'évoluer depuis 26 ans. «En 2002 la résidence a été agréée établissement d'hébergement pour personnes âgées (EHPAD), dit-elle, un contrat pour la médicalisation était signé avec les tutelles (CG, AFP et ADAS).

En 2008 la résidence sera labellisée Bleuet de France. Francette Bottreau est à Droite.

Cinq médaillées en 2011.

Elle se félicite du partenariat avec l'ADMR pour le portage des repas dans le canton de Villefagnan. Après la création en 2002 du «Salon du parc» au rez-de-chaussée du bâtiment central pour l'acceuil de dix personnes dépendantes, ce fut l'ouverture en 2012 d'une unité Alzheimer de neuf places, dont deux temporaires.


Tenir le diable par la queue...

Le Clos des Tours aux châtaignes
Une dizaine de résidants est partie un après-midi se piquer les doigts du côté de La Forêt-de-Tessé, où, selon M. Magneron : «On déniche les meilleures châtaignes du département». Visiblement, un monsieur pas chauvin pour un marron… Certains membres du groupe ont vécu ce «ramassage de châtaignes» comme une superbe découverte. Exemple avec une Parisienne originaire d’Italie qui ne se doutait pas que ces fruits se protégeaient dans une coquille garnie de piquants : «Sur le bord de la Méditerranée, ce sont plutôt les oursins qui se présentent ainsi». Autour de la grande cheminée du Clos des Tours, ce fut la fête pour griller la châtaigne... comme à la veillée : «On la dégustait en famille et entre voisins, on arrosait d’un coup de cidre ou de vin».

Devant le foyer où officiaient Gina et sa collègue animatrice, deux diables étaient à l’œuvre «bien tenus par la queue» pour ne pas se brûler. Deux ustensiles incontournables pour griller ces fruits sur un feu de bois. Deux objets que l’on ne trouve quasiment plus : «Parfois sur les brocantes». La dégustation n’a fait que confirmer l’excellente qualité des châtaignes des terres rouges de La Forêt-de-Tessé provoquant sur le visage de M. Magneron un large sourire gourmand. Un point de vue confirmé par l’enthousiasme de M. Lemaire.
 
Savoureux repas de Noël
Même si les résidants se côtoient journellement, même s’ils se restaurent ensemble habituellement, à Noël, ce repas joyeux servi sur des tables finement décorées apporte un élan de convivialité et d’émotions, d’où des visages radieux et de nombreux sourires décochés au personnel qui reçoivent ainsi la meilleure récompense pour tous ses efforts. Mais la journée n’est pas terminée pour autant car un grand spectacle musical occupe l’après-midi de cette maisonnée. A la clé, plein de chansons qui font rejaillir bien des souvenirs et souvent… l’envie de se trémousser à défaut de danser.

Le Clos des Tours emmaillote l’Etoile Football Club de Villefagnan
Les aînés du Clos des tours se sont regroupés dans le grand salon de la résidence pour accueillir les représentants de l’Etoile Football Club de Villefagnan (EFCV).
Cette cérémonie avait pour objectif d’offrir au club de Villefagnan un nouveau jeu de maillots taille senior.
Grande émotion car dans la délégation de l’EFCV pouvait se nicher des petits enfants. Le Clos des Tours veille aux événements déroulés quotidiennement dans le canton et naturellement s’intéresse aux résultats de l’EFCV. De même que les plus jeunes du canton ne ratent aucune occasion de montrer leur sympathie aux résidants comme Maurice Mollet, l’un des plus fidèles supporters de l’équipe locale, a reçu samedi l’insigne honneur de distribuer ces rutilants maillots verts à l’EFCV.


 
 «Ce n’est pas la première fois que le Clos des Tours nous offre des maillots, a rappelé le président Didier Sanhoune, nous avions reçu il y a quelques années un jeu pour l’école de foot».

Les collégiens au Clos des Tours
Assis face à face au Clos des Tours, les élèves et les aïeuls ont vite rompu la glace. «Est-ce que beaucoup de choses ont changé depuis votre enfance ?» a interrogé un premier élève. Les yeux des aînés se sont écarquillés ! On ne savait qui des enfants ou des résidants étaient les plus émus.


 
Après avoir parcouru les auteurs régionaux et flâné au musée rural, les collégiens de Villefagnan se sont invités au Clos des Tours où les attendaient de pied ferme de nombreux résidants. L’enfance et leur vie, autrefois, allaient servir de fil conducteur à un questionnaire fouillé. Un bon travail de mémoire qui au souvenir ravivé faisait s’illuminer les yeux des aînés et s’entrouvrir les oreilles «gourmandes» des élèves.
Pas à pas, les 4e se sont lancés sur la piste du passé. Étonnés par leurs découvertes, ils doivent faire de gros efforts pour s’imaginer l’époque à laquelle ils s’intéressent. Le pot de moghettes (haricots blancs) au coin du feu, le pain de Pâques, le cidre et la piquette, les veillées, les voyages dans les trains à vapeur Niort-Ruffec pour aller à la foire du 28 à Ruffec, les Allemands, autant de  sujets innombrables qu’une année scolaire ne suffirait pas à explorer.


«SOS 18» à la résidence du Clos des Tours

De Villefagnan, de Ruffec, d’Aigre et de Sauzé-Vaussais, samedi à 19 h 30, une nuée de véhicules de secours toutes sirènes hurlantes fonce vers la résidence, un parterre de  gyrophares au milieu des pelouses et des rosiers.
 

Francette Bottreau à la manoeuvre !
 
«Le feu s’est déclaré au 1er étage dans un local technique, un mort et un brûlé, plus deux personnes à évacuer» dit le message d’alerte. Les personnels se sont préparés à guider les pompiers.

Il fallait pour le sergent Didier Sanhoune du centre de Villefagnan, lancer des reconnaissances avant d’organiser la manœuvre. Une procédure que le capitaine Walter Ozenne venu spécialement du SDIS a expliqué : «La priorité est de couper le gaz et l’électricité, de reconnaître les lieux, de se renseigner, de localiser les victimes et d’organiser le chantier pour accueillir les renforts».



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site