Tournée d'inspection des archives communales

La tenue des registres d'état-civil demande le plus grand sérieux. On ne fait pas un centenaire de n'importe qui, et encore moins un noble de haute lignée. Cet article m'a semblé amusant :
 

Je l'ai envoyé aux généalogistes du CGCP et à ceux des Deux-Sèvres. Mon camarade Gervais Bazin, du cercle généalogique des Deux-Sèvres, historien et généalogiste confirmé, s'est intéressé à cette affaire, il a mené l'enquête et nous informe :
1. Inscription sur une pierre tombale dans la chapelle "Noel Busseau mort en 1670 à 147 ans..."
Les registres de la paroisse de Villiers-en Bois mentionnent l'enterrement le 23/12/1670 de Nouel Busseau fils de Thomas et de Jeanne Auger, décédé la veille.
L'affaire semble concorder, celui-ci étant mentionné inhumé dans la chapelle sauf que l'âge indiqué dans la coupure de presse a été très légèrement exagéré... En effet, le registre indique un âge de 38 ans et non de 147...

2. L'article mentionne l'existence dans les registres de cette localité du décès d'une dénommée Jeanne Proust décédée en 1834 à 115 ans.
En effet, on trouve au 14/10/1834 son acte de décès âgée de 112 à 115 ans avec sa filiation (fille de René et de Picard Jeanne).
On trouve, toujours à Villiers :
- le décès de René Proust le 10 thermidor V (1797) âgé de 87 ans ;
- la sépulture de sa 1ère épouse Jeanne Picard, le 9/11/1752 âgée de 41 ans ;
NB : leurs actes de baptême figurent dans des paroisses environnantes : à Chizé le 16/4/1711 pour le 1er et le 1/8/1710 à Séligné pour la seconde. 6 enfants de ce couple sont mentionnés entre 1741 et 1750 et on peut déduire de l'acte de sépulture d'un autre enfant qu'il est né en 1737.
Par contre le baptême de Jeanne et l'acte de mariage des parents demeurent introuvables, vraisemblablement du fait d'une lacune des registres sur la période 1732-1739. Cette période, cohérente avec les dates de naissance des parents, est donc probablement celle de la naissance de notre Jeanne Proust qui avait donc au plus 102 ans, ce qui est déjà pas mal pour l'époque...
Dans ce deuxième cas, comme dans le 1er, l'âge a été exagéré, de manière moins abusive, certes. On note d'ailleurs très souvent ce travers dans les actes anciens ou même dans la Bible qui relate la longévité surnaturelle de Mathusalem, mort à 969 ans...


Merci pour son aide efficace à Gervais Bazin qui a fait un travail des plus sérieux.
Moralité : des actes bien tenus et une presse sérieuse sont indispensables.

Quant au suivi des archives et leur contrôle j'ai extrait ces notes :

En séance au Conseil Général de la Charente en 1873.

Rapport du Préfet.
Messieurs, j'ai l'honneur de placer sous vos yeux le rapport de M. l'archiviste du département sur les résultats de son inspection des archives communales et hospitalières. Les renseignements précis et complets que renferme ce document me dispensent d'entrer dans des détails qui seraient sans objet, mais je veillerai à la tenue et à la conservation des archives communales.

Rapport de l'archiviste
«Angoulême, le 4 août 1873.
Monsieur le Préfet,
« J'ai l'honneur de vous adresser mon rapport sur le service de l'inspection des archives communales et hospitalières du département pendant l'année 1873.
Comme les années précédentes, je n'ai point rencontré de documents historiques dans les archives des mairies que j'ai visitées. Les actes de l'état civil sont les seuls papiers antérieurs à la Révolution, et quelques-uns même remontent au XVIe siècle. La tenue générale, sans être parfaite, s'est cependant améliorée sensiblement. Les collections officielles sont presque partout brochées et l'état moderne relié, mais la partie antérieure à 1790 ne l'a été qu'exceptionnellement. Le plus grand obstacle au classement et à la conservation des archives communales de la Charente est évidemment le dépôt qui en est fait le plus souvent au domicile des maires ; souvent même une partie des documents est confiée à l'instituteur, qui est secrétaire de la mairie ; une autre est abandonnée dans un coin de la mairie, exposée à la poussière et à la dent des rats. Tant que les communes ne seront pas pourvues de locaux spéciaux affectés aux mairies, et, dans ces locaux, d'armoires d'une ampleur convenable et fermant à clé, il ne faudra pas compter sur une conservation efficace et sûre des archives communales."

En exemple :
Inspection des archives communales et hospitalières.
Commune de Plassac-Rouffiac.
Dans son rapport de 1865, parlant des archives de celle commune, mon prédécesseur s'exprimait ainsi : «J'ai trouvé les archives de cette mairie conservées chez un métayer, dans une cuisine, et déposées dans une huche à pétrir, où elles sont entassées pêle-mêle avec des oignons, des sabots, etc. Cet état de choses s'est heureusement modifié, toutefois il reste encore à faire pour placer ce dépôt au-dessus de toute critique. Les archives sont scindées entre la maison commune, toute neuve, et le domicile privé du maire. À la mairie sont les collections du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs de la préfecture, brochées depuis l'origine jusqu'à l'année 1871, et l'atlas cadastral, dont les feuilles se détachent de leurs onglets et qu'il est urgent de réparer. Chez le maire est l'ancien état civil, en cahiers, remontant à 1661. On y trouve aussi le premier registre des délibérations municipales, remontant à 1783, et les anciens actes de la commune de Rouffiac.»


Révision des anciens actes de l'état civil.
"L'inspection des archives communales m'a fourni, comme les années précédentes, l'occasion de retirer de ces dépôts des doubles des anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures provenant des communes dont les noms suivent, dans la proportion indiquée ci-après :
Commune de Saint-Martin-du-Clocher, quatre feuillets in-4°, contenant des actes de baptêmes, mariages et sépultures compris entre le 4 mai 1688 et le mois de mars 1690.
"


Tournée dans les communes du canton de Villefagnan

Commune de Bernac. 1886
La mairie occupe une salle au rez-de-chaussée de la maison d'école, située au village de Mouchedune, commune de Bernac. Les archives sont enfermées dans quatre placards fermant à clé. La collection du Bulletin des lois est reliée de 1861 à 1881 ; les autres années, tant avant qu'après les dates indiquées ci-dessus, sont en feuilles. Les autres collections imprimées, Bulletin officiel du ministère de l'intérieur, Recueil des actes administratifs de la préfecture, sont aussi en feuilles et paraissent incomplètes.
Les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures, qui datent de 1672, ne renferment pas d'actes importants, et leur état de conservation laisse beaucoup à désirer.

Commune de Brettes. 1886
Les archives sont dans une chambre basse attenant à la maison d'école, et les papiers sont logés dans une armoire à deux corps dont la partie supérieure est vitrée. Les collections du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs et du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur sont brochées jusqu'aux dernières années. Les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures remontent à l'année 1670 et forment quatre registres, dans lesquels les années sont ainsi réparties 1670-1700 (avec lacunes) ; 1703-1737 (avec nombreuses lacunes) ; 1737-1762; 1763-1778; 1780-1793. On y trouve, à la date du 23 avril 1716, l'acte du mariage de messire Henri de Goulard, chevalier de Vervant, fils de feu Martel de Goulard, écuyer, marquis de Vervant, et de dame Marthe Fabrier de Granzie, âgé de trente ans, assisté de messire Jacques de Goulard, écuyer, marquis de Vervant, son frère, d'une part ; avec demoiselle Suzanne Brossart, d'autre part. Beaucoup de ces registres ont souffert de l'humidité, qui a atteint également les volumes et les papiers administratifs. L'atlas cadastral et les matrices sont en assez bon état.

Commune de La Chèvrerie. 1886
La mairie vient d'être construite et les archives sont logées dans une armoire fermant à clé. Les collections imprimées du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs de la préfecture et du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur sont en feuilles, brochées ou reliées. L'état civil seul existe et date de 1793. Les actes sont reliés en registres comprenant chacun une période de dix années, dont la dernière se termine avec l'année 1882. On conserve dans cette mairie l'ancien arpentement de la paroisse. L'atlas cadastrai est en bon état quant aux feuilles, mais sa reliure est très fatiguée.

Commune de Courcôme. 1881
La mairie est au rez-de-chaussée et séparée de la maison d'école. Les documents sont en partie dans un casier vitré et en partie sur des tablettes. Le Bulletin des lois, le Recueil des actes administratifs de la préfecture sont reliés jusqu'à l'année 1866. Les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures datent de 1748 et forment huit volumes composés de la manière suivante : I, 1748-1775;
II, 1772-1792; III, 1802-1813; IV, 1813-1823; V, 1823-1832; VI, 1833-1843; VII, 1843-1853; VIII, 1853-1863. Les délibérations du conseil municipal forment cinq registres et remontent à 1817. L'atlas cadastral est en mauvais étal; les feuilles sont déchirées et ont besoin d'être collées sur toile. Le traitement du secrétaire de la mairie est de 110 fr.

Commune d'Embourie. 1886
La mairie est au rez-de-chaussée de la maison commune. Les archives sont en partie dans deux placards et en partie sur des tablettes.
Le local est fort humide et les papiers ont déjà beaucoup souffert.
Les collections du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs et du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur sont brochées jusqu'à l'année 1869.
L'état civil est relié de l'origine, 1622, à 1832 seulement, et forme quatre registres comprenant les périodes suivantes : 1622-1689, avec lacune de 1628 à 1650 ; 1712-1759 ; 1733-1774 ; 1775-1793. On a omis de faire entrer dans les registres les actes des années 1709, 1711, 1712, 1713, 1719, 1720, 1721, 1722, 1723, 1729, 1730, 1731, 1732, 1733, qui forment deux cahiers à part. A remarquer : le baptême de Jean, fils de messire Jean Tayault, écuyer, seigneur de Chorigné, et de dame Jacquette Desmier, et un acte d'abjuration de l'hérésie de Luther ; une reconnaissance par le curé, datée du 9 novembre 1720, des ornements donnés par madame la duchesse de Saint-Simon, consistant en cinq chasubles «neuves et faites à Paris», dont une blanche, une rouge, une verte, une violette et une noire, toutes d'étamine et faites à la capucine.
Les pièces cadastrales, atlas et matrices, sont en bon état.

Commune d'Empuré. 1886
La mairie est au rez-de-chaussée, dans une chambre humide. Les collections du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs et du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur sont brochées. L'état civil est relié en grande partie. Les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures forment cinq registres ainsi datés : 1665-1695; 1687-1749; 1750-1771 ; 1773-1783; 1785-1791. Les pièces cadastrales sont en assez bon état, mais elles ont déjà souffert de l'humidité.

Commune de La Faye.

Commune de La Forêt-de-Tessé.

Commune de Londigny.

Commune de Longré.
La mairie est établie au premier étage et dans de bonnes conditions. Les archives sont en partie déposées sur des tablettes et en partie renfermées dans une armoire. Les collections imprimées du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs et du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur sont en feuilles et en liasses, mais les liasses ne paraissent pas régulièrement classées. Les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures sont fort intéressants et forment deux registres, dans lesquels ils sont répartis de la manière suivante : 1710-1761, 1761-1793.
Les actes à y remarquer sont les suivants : Baptême de Marie, fille de Pierre de Lestang, écuyer, sieur du Vivier, et de dame Jacquette Dupuy, nommée par Jean Dupuy, écuyer, sieur de La Fortilesse, et dame Marie de Cumont (13 décembre 1716) ; Baptême de René de Lestang, fils des mêmes, nommé par Jean de Lestang et Renée de Ponthieu (8 janvier 1720) ; Baptême de Marie de Lestang, fille des mêmes, nommée par Jean de Salignac, écuyer, sieur de La Maingoterie, et dame Marie Vidaud (17 novembre 1723) ; Baptême de Charles de Lestang, fils des mêmes, nommé par Charles de Lestang de La Blanchetière, et demoiselle Thérèse de Lestang (12 août 1725) ; Baptême de Louis, fils des mêmes (19 mai 1727); Baptême de Marie-Anne de Lestang, fille des mêmes, nommée par André de Lestang, écuyer, lieutenant au régiment de Bourbonnais (5 janvier 1729) ; Baptême de Pierre de Lestang, fils des mêmes, nommé par Jean de Lestang et demoiselle Marguerite de Lestang (28 mai 1730) ; Mariage de messire Etienne-Thomas de Bermond du Caylard, chevalier, seigneur de Sébarzan (?), fils de feu Thomas de Bermond du Caylard et de feue dame Catherine-Elisabeth Migaud, de la paroisse de Saint-André de Mort, avec demoiselle Françoise-Thérèse de Lestang, fille de feu messire Nicolas de Lestang, vivant écuyer, sieur du Vivier, et de demoiselle Catherine Chasteignier (23 août1733) ; Baptême d'Hélène, fille de Pierre de Lestang et de Jacquette Dupuy, nommée par dame Hélène de Lestang, religieuse au prieuré de Tusson (14 novembre 1734) ; Inhumation, dans l'église de Longré, du corps de Pierre de Lestang, vivant écuyer, seigneur du Vivier, décédé à l'âge de trente-neuf ans (22 septembre 1736) ; Baptême de Joseph Chabot, fils de François Chabot, écuyer, sieur de Peuchebrun, et de dame Marie Tenon (3 janvier 1737); Baptême de Jeanne-Marie Chabot, fille des mêmes (30 novembre 1739). En outre, plusieurs actes concernant la famille Brumauld du Moulin-Neuf.
Les pièces cadastrales sont en bon état.

Commune de La Magdeleine. 1886
Les archives sont en partie à la mairie nouvellement construite et encore non meublée, et en partie chez le maire, au village de La Vallée. A la mairie, je n'ai trouvé que les registres de l'état civil de l'an XIII à 1882. Chez le maire, absent, sont les registres postérieurs à 1882 ainsi que les collections imprimées. L'atlas cadastral est en assez mauvais état et plusieurs feuilles sont gravement endommagées.

Commune de Montjean. 1886
La mairie est au premier étage de la maison d'école, et les archives sont logées dans un cabinet attenant à la salle des réunions. Elles viennent d'être bien classées par l'instituteur communal, qui fait fonction de secrétaire. Les collections imprimées, Bulletin des lois, Recueil des actes administratifs de la préfecture, Bulletin officiel du ministère de l'intérieur, sont en feuilles, mais l'administration municipale se propose de les faire relier après qu'elles auront été complétées.
Les plus anciens actes de l'état civil remontent à 1792. La série tout entière est reliée jusqu'à l'année 1882 inclusivement. Le cadastre est en bon état ; l'atlas vient d'être collé sur toile.

Commune de Paizay-Naudouin. 1883
Les archives de cette commune sont en déménagement, et il en résulte un état de désordre qui cessera aussitôt que le transport intégral en aura été fait de l'ancienne dans la nouvelle mairie. Les collections du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs et du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur sont brochées jusqu'à l'année 1859 inclusivement. L'état civil ancien et moderne est en cahiers, et les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures, qui en forment la tête, remontent à 1683. On y remarque, à la date du 10 novembre 1697, le baptême de Gabriel de Curtal, fils de Jean de Curtal, écuyer, sieur des Verdeliers, et de demoiselle Éléonore de Poisdebon, l'enfant nommé par Gabriel de la Roche et demoiselle Jeanne de Chevreuse, et à celle du 12 mars 1698, le baptême de Gabriel Girié de Chouly de Permangle, fils de Junien Girié de Chouly, chevalier, seigneur de Permangle, et de demoiselle Marie Després de Bridières.
L'atlas cadastral, nouvellement relié, est en bon état.

Commune de Raix. 1886
La mairie occupe une salle au premier étage de la maison commune. Les archives sont renfermées dans une armoire à deux corps dont le corps supérieur est vitré. Les collections imprimées sont en feuilles. Les actes de l'état civil datent de 1753 et sont reliés. Le premier registre comprend les années 1753-1793 et le dernier comprend l'année 1885, ce qui rompt la série décennale et met les registres en désaccord avec les tables.
L'atlas cadastral est en bon état et l'ensemble du dépôt est bien tenu.

Commune de Saint-Martin-du-Clocher. 1886
La mairie est établie dans la maison d'école, où elle occupe une des pièces du rez-de-chaussée. Les collections imprimées sont brochées, à l'exception des dernières années. Les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures sont en cahiers et forment une liasse. Ils y sont en désordre et paraissent présenter plusieurs lacunes entre 1653, leur origine, et 1793. A partir de cette dernière date, l'état civil est relié jusqu'à 1872. Dans les anciens cahiers, on voit figurer, le 7 janvier 1674, Jean Bajol, écuyer, sieur du Breuil-Bernac, et demoiselle Suzanne Corgnol, en qualité de parrain et de marraine, et le 7 mars 1689, on y trouve l'acte du mariage, célébré en l'église dudit lieu, de messire Thomas de Ponthieu, écuyer, chevalier, seigneur du dit lieu de Ponthieu, avec demoiselle Elisabeth de Beauchamp. Le secrétaire classera ces divers cahiers aussitôt que je lui aurai envoyé des chemises de dossiers. Le cadastre est en bon état.

Communes de Salles-de-Villefagnan.

Commune de Souvigné.

Commune de Tuzie.

Commune de Theil-Rabier. 1886
La mairie occupe une salle au rez-de-chaussée. Les collections imprimées du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs et du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur sont en partie brochées et en partie en liasses, et les liasses sont entassées sans ordre dans un bas-corps d'armoire et deux placards. L'état civil, qui ne date que de 1793, est relié jusqu'à l'année 1884 et forme neuf registres. Le cadastre est en bon état.

Commune de Villefagnan. 1886
Les archives sont fort bien installées dans un cabinet spécialement affecté à ce service et situé au premier étage de l'hôtel de ville. Les collections du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs de la préfecture, du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur et de l'École des communes sont brochées jusqu'à l'année 1884 inclusivement. Le Journal officiel est conservé en liasses. Les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures, qui remontent à l'année 1668, et les actes civils qui les continuent, forment ensemble une série de quinze registres qui comprend la période 1873-1883. Le premier registre débute par un «mémoire» de ceux qui ont abjuré l'hérésie de Calvin à la suite de la mission prêchée à Villefagnan, en 1668, par les PP. jésuites d'Angoulême. On y trouve encore à relever les actes suivants : Mariage de Daniel Bouquet, écuyer, sieur de Boismorin, fils de feu Pascal Bouquet, sieur de La Prade, avec demoiselle Jeanne Girardin, fille de Pierre Girardin, sieur de La Font (12 juillet 1671) ; Baptême de Jacques Prévérauld, fils de Jacques Prévérauld, écuyer, sieur de Beaumont, et de demoiselle Anne Seguin (30 août 1688) ; Baptême d'un enfant nommé par Jean-François d'Aure de Gavaudan et demoiselle Marie-Françoise de Souillac d'Azerac, marquise de Chatillon (2 avril 1690) ; Mariage de Jean Poitevin, sieur de Loubaux, maître de la poste, avec demoiselle Marie Prévérauld, fille de feu Jacques Prévérauld, sieur de Beaumont, et de dame Anne Seguin, en présence de Jean Prévérauld, écuyer, sieur de Sonneville, et de dame Anne Prévérauld, frère et soeur de l'épouse (26 janvier 1711) ; Mariage de messire Robert d'Asnières, chevalier, seigneur de Villechenon, fils de feu messire François d'Asnières et de dame Suzanne Barbe, demeurant à Bereilles, paroisse de Saint-Auvent, diocèse de Limoges, d'une part ; avec dame Anne Prévérauld, demoiselle de Sonneville, fille de feu Jacques Prévérauld, écuyer, sieur de Beaumont, et de dame Anne Seguin, en présence de Jean Prévérauld, oncle de l'épouse, de Jean Babin, écuyer, seigneur de Barbezières, et de Robert d'Asnières, seigneur de L'Écanie, frère de l'épouse (27 juin 1713).
L'atlas cadastral est en bon état.

Commune de Villiers-le-Roux. 1886
La mairie occupe une pièce au rez-de-chaussée de la maison d'école qui vient d'être construite, et les archives sont dans un placard. Aussi n'y a-t-il pas à être surpris qu'elles aient beaucoup souffert de l'humidité. Les collections du Bulletin des lois, du Recueil des actes administratifs et du Bulletin officiel du ministère de l'intérieur sont brochées jusqu'à l'année 1856 ; le reste est enliassé par années. Les anciens actes de baptêmes, mariages et sépultures et l'état civil qui leur fait suite sont reliés et forment vingt deux registres, de 1692 à 1882. Dans le premier registre, on voit figurer comme parrains et marraines : Jacques Alphée de Goulard, seigneur, marquis de Vervent (8 juin1692) ; Luce Desmier du Roc et Renée Desmier du Roc (25 août 1697) ; Charles de Ponthieu et François de Ponthieu, son frère, tous les deux parrains du même enfant (19 février 1702). Les trois autres registres, renfermant les actes antérieurs à l'état civil, embrassent les périodes de 1719-1765, 1765-1787, 1788-1793.
On conserve dans cette mairie l'ancienne matrice de la paroisse. L'atlas cadastral vient d'être collé sur toile et les feuilles sont encore eu assez bon état. La mairie de cette commune n'a pas de secrétaire, mais les archives sont bien tenues par le maire, qui comptera bientôt quarante ans d'exercice.




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site